08 juin 2013

Monsieur Grognon

Il habite au deuxième étage il me semble. Il est toujours seul lorsque je le vois, allant en ville, son béret vissé sur la tête. Ou bien prenant l’ascenseur. Je ne l’ai jamais vu sourire. Les rares fois où je me suis trouvée près de lui, il râlait. Parce qu’il ne voulait pas des réparations (pourtant obligatoires pour être dans la norme) de l’ascenseur. Parce que les jeunes de l’immeuble faisaient trop de bruit. Il en parlait au concierge. Des bruits en pleine semaine, tard le soir. Dans les appartements, dans les couloirs, les... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2013

_

  J’étais allée me promener en ville. Il faisait beau, pas trop chaud. J’avais regardé les vitrines des boutiques, les livres et les figurines du studio Ghibli. J’avais passé un bon moment, et je rentrais à présent chez moi, plutôt heureuse. J’étais presque arrivée. Je marchais sur le trottoir. Quelques mètres à peine encore à faire et les escaliers qui menaient à la résidence où j’habitais seraient là. Et puis j’ai vu une voiture se garer à côté de moi. J’ai regardé, plus par habitude que par curiosité. J’ai vu un visage se... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 17:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 juin 2013

(Quotidiens)

Un rire emplit la pièce. Les volutes de fumée épaississent l'atmosphère. Ce rire est suivit par d'autres. Les larmes montent dans les yeux d'un des hommes, à force de rigoler. Il se passe toujours des choses dans ce village. Pis, là, c'est Laochou qui parle. Laochou, c'est le fils du maire. Ça veut dire "le petit de l'oie" dans une vieille langue du pays.Il en rate pas une celui-là.Mais, pour une fois, c'est pas lui qui fait rire pour ses frasques. Non.C'est celle du vieux, qui habite à la sortie du village. Il a une belle maison.... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2013

J'ai pas de chez moi

  Un pied ici, un autre là. Je sais pas sauter les deux pieds dans le plat. Jamais toute entière quelque part.Juste des petits bouts, ceux qu'on m'a permis de poser. Jamais toute entière quelque part.Dans les petits trous qu'on a laissé vacants. Des sens uniques.A chaque fois.Où on reçoit rien, ou si peut.Où on reste, en attendant plus.Parce que, idiot qu'on est, on est sûr qu'il y aura plus bien entendu.Alors qu'il y aura plutôt toujours moins.Et on rigole et on sourit et on devient la comique de service... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]