02 avril 2014

Muffin tops

    Anglais.Je n'avais pas envie d'y aller, mais j'ai préparé un truc pour l'oral, ça m'embête de travailler pour rien. Alors je prends mon manteau, pas mon écharpe, il fait suffisamment bon comme ça dehors. Je marche tranquillement, le soleil est de sorti, j'ai le temps. Il arrive, mais je ne le regarde pas, il lui ressemble trop. Le prof nous fait entrer, ça va être dur de ne pas l'observer, comment parler à une personne sans la regarder ? Il demande qui a fait le travail, et j'ai le cœur qui bat la chamade. C'est... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2014

Histoire de panaché

  C'était une première, en fin d'année passée. Goûter un panaché. Ça n'a rien d'extraordinaire en soi, ce n'est qu'un panaché. Pourtant, ce jour-là, c'était quelque chose. La curiosité déjà, en voyant mon compagnon d'alors prendre une de ces petites bouteilles en verre. Curiosité partagée. Avais-je envie de goûter à mon tour ? Il m'en proposa un peu, dans un verre. Jusque-là, rien de particulier... L'acte n'avait rien de particulier, le goût, mieux que je ne le pensais. Rien de bien extraordinaire...   Jusqu'à... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2014

Homme prétentieux, peureux.

Ont-ils honte, mon bouffon, ont-ils honte d’agir ainsi ? Je pense que non, mon bouffon. S’ils pouvaient ressentir de la honte pour leurs actions, ils n’agiraient sans doute pas ainsi. Ils sont prétentieux, mon bouffon. Prétentieux. Oh oui, si prétentieux. Et si imbu d’eux-mêmes. Persuadés d’être si beau que personne ne peut penser autrement. Que tout le monde doit avoir envie d’eux. Et ils ne peuvent pas comprendre qu’ils ne sont pas beaux aux yeux de tous. Que pour certains, ils ont le visage trop brut, qu’ils sont trop petits,... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 janvier 2014

C'est ça l'amour ?

Parfois, tu aurais juste envie de partir. Parce que fermer les yeux, regarder au loin, s’écarter un peu, ça n’est pas suffisant. Tu les entends toujours. Tu les devines encore. Ils se sentent obligés, semblent-ils, de se rappeler à toi. Comme s’ils ne pouvaient pas comprendre que quelqu’un puisse ne pas les apprécier. Et tu détestes cette façon qu’ils ont d’être, si persuadé de leur beauté, de leur intelligente. Avec une estime de soi si haute. Ils rigolent fort, parlent fort, sans respecter les gens autour d’eux. Et tu n’entends... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2013

_

C'est comme un bulldozer.Il casse tout sur son passage. Il avance, tête baissée, ne regarde pas autour de lui. Il enfonce les murs, quand bien même la porte serait grande ouverte. Il ne cherche pas à s'intégrer. Il s'impose. Il nous ponctionne, il s'enracine, il s'invite. Il se colle à elle, sa « meuf ». Et parce que, dans son esprit, elle est à lui, elle ne peut pas avoir vécu avant lui.Et il gueule, se fait remarquer.Grande gueule.Sanguin.Il s'énerve pour rien. Pour tout. A toutes les sauces. A grand coup de phrases désagréables,... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 17:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2013

Partie 2 - Le collègue

Et puis il s’inquiète. Il n’aime pas trop savoir que je dois aller dans le Cantal pour si peu.  « -Non mais tu te rends compte un peu la route qu’il te fait faire juste pour des lecteurs dvd ? C’est fou. C’est fou. »  Il râle pour deux. Peut-être même pour trois. Et à propos de tout. Certains disent qu’il a besoin de râler pour vivre.  « -Putain de merde !  Putain de bordel de merde ! Putain. Pffff. On est baisé là. Et beh putain, alors là. Fait chier. »  Un jour, la... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2013

Partie I - Le collègue

Texte écrit à la demande de M.  Le texte décrit quelques particularités d’un ancien collègue. A travers ces lignes ne sort sûrement que peu la gentillesse qui le caractérise, tant les autres particularités de sa personne ont tendance à la dominer. Il n’en reste pas moins qu’il était attentif avec moi, prévenant, et que nulle méchanceté ne paraît ressortir plus que ça de lui. Comme disent la plupart des gens qui ont eu l’occasion de me parler de lui : « ah mais, il est gentil hein, mais… ». Et c’est ce... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 18:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2013

Monsieur Grognon

Il habite au deuxième étage il me semble. Il est toujours seul lorsque je le vois, allant en ville, son béret vissé sur la tête. Ou bien prenant l’ascenseur. Je ne l’ai jamais vu sourire. Les rares fois où je me suis trouvée près de lui, il râlait. Parce qu’il ne voulait pas des réparations (pourtant obligatoires pour être dans la norme) de l’ascenseur. Parce que les jeunes de l’immeuble faisaient trop de bruit. Il en parlait au concierge. Des bruits en pleine semaine, tard le soir. Dans les appartements, dans les couloirs, les... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2013

_

  J’étais allée me promener en ville. Il faisait beau, pas trop chaud. J’avais regardé les vitrines des boutiques, les livres et les figurines du studio Ghibli. J’avais passé un bon moment, et je rentrais à présent chez moi, plutôt heureuse. J’étais presque arrivée. Je marchais sur le trottoir. Quelques mètres à peine encore à faire et les escaliers qui menaient à la résidence où j’habitais seraient là. Et puis j’ai vu une voiture se garer à côté de moi. J’ai regardé, plus par habitude que par curiosité. J’ai vu un visage se... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 17:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 juin 2013

(Quotidiens)

Un rire emplit la pièce. Les volutes de fumée épaississent l'atmosphère. Ce rire est suivit par d'autres. Les larmes montent dans les yeux d'un des hommes, à force de rigoler. Il se passe toujours des choses dans ce village. Pis, là, c'est Laochou qui parle. Laochou, c'est le fils du maire. Ça veut dire "le petit de l'oie" dans une vieille langue du pays.Il en rate pas une celui-là.Mais, pour une fois, c'est pas lui qui fait rire pour ses frasques. Non.C'est celle du vieux, qui habite à la sortie du village. Il a une belle maison.... [Lire la suite]
Posté par merle_e à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]